Zoom sur l’irrigation du toit végétalisé

Recouvert de végétation (plantes sedum, succulentes..), le toit végétalisé offre une isolation thermique et de la biodiversité à une habitation. Pour que le toit végétalise garde son aspect “vert” à long terme, il est nécessaire de veiller à son irrigation .

Dans certaines régions, les eaux pluviales suffisent à combler ce besoin en eau. Mais dans le cas contraire, cette pluviométrie naturelle ne sera pas suffisante. Il faudra alors équiper votre toit d’un système d’irrigation intégré.

Découvrez quels sont les différents types d’arrosage permettant l’irrigation de votre toit végétalisé !

Quels sont les toits végétalisés ayant besoin d’un système d’arrosage ?

La présence d’un point d’eau est requis sur tous les types de toits végétalisés. Cependant, l’installation d’un système d’arrosage sera souvent nécessaire et dépendra de plusieurs critères : pourcentage de la pente, du type de végétalisation et du substrat ainsi que du climat de la région.

  • Pour un toit de type « extensif » : le substrat étant très fin, il ne peut que retenir une faible quantité d’eau. Installer un système d’arrosage est donc obligatoire, et ce, peu importe le climat de votre région et la pente de votre toit ;
  • Pour les toits sans pente, ou « toiture-terrasse » : l’écoulement étant très faible, l’arrosage n’est pas nécessaire dans les régions avec un climat humide.
  • Pour les toits présentant une forte pente : la présence d’un système d’arrosage est indispensable ;
  • Pour les toits végétalisés présent dans les régions du Sud de la France : un arrose régulier est essentiel, surtout pour la période de la mi-juin à la mi-septembre. L’installation d’un système d’arrosage permettra d’éviter la sécheresse de la végétation.

Les systèmes d’arrosage pour l’irrigation du toit végétalisé

La mise en place d’un système d’arrosage sur un toit végétal permet une répartition homogène de l’eau sur toute sa surface. Plusieurs modèles sont adaptés : le système par aspersion, le système par goutte à goutte ou bien encore l’arrosage par capillarité. Le choix de l’arrosage devra être mûrement réfléchi afin de correspondre au mieux aux besoins en eau de votre toit végétalisé.

Le système d’arrosage par aspersion

Cette méthode d’arrosage automatique est recommandée pour irriguer de grandes surfaces, tel qu’une pelouse. Placé au centre de la surface à arroser, il reproduit la sensation de l’eau de pluie à l’aide d’outils : tourniquet, arroseur oscillant ou canon d’arrosage.

Ces avantages sont nombreux :

  • Il arrose de façon homogène la végétation ;
  • Sa mobilité lui permet d’être déplacé en fonction des besoins en eau des plantes ;
  • Son installation est rapide ;

Il présente cependant certains inconvénients qu’il faut prendre en compte.

Son arrosage ne peut pas être ciblé pour chaque espèces de plantes. De plus, l’arrosage se fait aussi sur les feuilles. Ce qui favorise le développement de différentes maladies.

Le système d’arrosage par goutte à goutte (ou micro-irrigation)

Dispositif en surface, l’arrosage goutte à goutte est composé d’un réseau principal avec de plusieurs petits tuyaux souples qui sont raccordés à des goutteurs. Ces derniers sont positionnés aux pieds des plantes. Ce système présente plusieurs avantages :

  • Le débit est réglable et permet d’adapter la quantité d’eau pour chaque type de plantes ;
  • L’eau n’étant pas en contact direct avec le feuillage, le développement de certaines maladies est évité ;
  • Facile à mettre en place, il existe des kits « prêts à poser ».

Le système d’arrosage par capillarité

Recommandé pour des épaisseurs de substrats ne dépassant pas les 30cm, l’arrosage par capillarité permet de donner la quantité d’eau nécessaire aux plantes. Son fonctionnement est simple : l’eau est approvisionnée par des tuyaux équipés de goutteurs vers un drain avec réserve. L’eau est ensuite diffusée dans le substrat par capillarité à l’aide d’une natte mèche trempée dans le drain.

Recommandations pour l’arrosage de son toit

Même avec un système d’arrosage, qu’il soit automatique ou non, il est important de prendre ces conseils en compte. Une mauvaise utilisation de l’arrosage pourrait être plus néfaste que bénéfique.

  • Éviter l’arrosage lors des journées fortement ensoleillées ;
  • L’été, il faut privilégier l’arrosage en début ou en fin de journée ;
  • Avec le système par aspersion, il est conseillé d’éviter d’arroser lorsque le vent dépasse les 20km/h ;
  • Absolument éviter le sur-arrosage : le risque  serait un excès d’eau.

Choisir le programmateur de son arrosage automatique

Que vous soyez au travail ou en vacances, l’installation d’un programmateur permet de gérer l’arrosage de votre toit végétal lors de vos absences. Il est possible de régler la durée mais aussi la puissance de la quantité d’eau.

  • Minuterie ou temporisateur : facile à utiliser, il offre la possibilité de régler de manière manuelle la durée de l’arrosage grâce à une molette ;
  • Programmateur 1 voie : adapté pour les petites surfaces et pour un système d’arrosage en goutte à goutte ;
  • Programmateur nez de robinet : convient pour les arrosages de surface. Il se branche au tuyau d’arrosage et fonctionne sur piles ou sur secteur.
  • Programmateur déporté : ce dispositif permet de contrôler plusieurs voies. Il s’installe sur un mur et présente un tableau de bord. Avec la domotique, il est possible d’activer son arrosage automatique depuis un smartphone

Pour obtenir plus d’informations sur le système d’arrosage le plus adapté à votre toit végétalisé, n’hésitez pas à vous tourner vers un professionnel ! 

 

La toiture vue par les professionnels